Un conte Orange pour soirées sans livebox.

Depuis plus d"une semaine, loin de chez moi, je recevais une à deux fois par jour, sur mon téléphone, un message d'Orange s'excusant de ma coupure de livebox, laquelle devrait durer jusqu'au 27 janvier, et me proposant une solution sur téléphone portable tout à fait adaptée au télétravail pandémique. Je n'étais pas pressé de rentrer chez moi dans ces conditions. Pourtant je m'y suis trouvé contraint.

J'arrive dans ma montagne. Un vrai cirque. Ma livebox fonctionnait normalement. Normalement avec sa lenteur habituelle et ses coupures aussi imprévisibles qu'aléatoires probablement dues à l'altitude. Les ondes doivent être perturbées à 1000m, peut-être à cause du déficit en pollution atmosphérique.

Alternance de neige et de soleil pendant cette semaine. Un sport d'hiver non encore interdit : la pelle à neige.

Ce matin à 6h10 mon téléphone sonne : "Orange SAV : vos services livebox sont rétablis. Si des défauts persistent, redémarrez votre livebox et trouvez de l'aide sur r.orange.fr/r/Sevco?ND=0492830436"

Génial !, ils sont effectivement les meilleurs. Au moins comme réveil matin. "Les meilleurs", ce qu'ils me rappelaient en s'excusant des coupures. Les meilleurs pour se confesser d'une faute qu'ils n'ont pas commise, pour une coupure qui n'aura pas lieu ! Bah ! Tout va bien : il fait froid, mais le ciel est d'un bleu plus roi que celui de la côte.

Vers 11h la wifi est coupée. Tiens !

Je retrouve bien vite leur "réveil matin" et consciencieusement je relance, coupe et relance, recoupe et relance ma livebox, grand naïf devant l'éternelle bêtise. Devant partir pour Nice j'ai abandonné.

Je descends avec ma voiture - un peu en crabe sur une glace, en miroir éblouissant de soleil, mais un peu trop en pente. Personne sur la route, assez glissante il est vrai et très sinueuse. Personne. Ou presque. En effet, surprise au sortir d'un virage : deux ouvriers avec du fil téléphonique dans les mains, à midi trente. Affairés.

Surprenant parce que les fils téléphoniques sont ordinairement accrochés dans les arbres, le plus souvent par les riverains, quand ils les trouvent en travers de la route. Ceux qui traversent le torrent ont su se détacher de leurs deux poteaux pour éviter de couper le pont, ce qui leur permet d'être toujours bien lavés, très propres, d'un noir brillant.

Pour les suspendre ces fils, on utilise, des bouts de ficelle et des bouts de chiffons. Quand on remonte du marché, des sacs en plastique torsadés font aussi bien l'affaire. Enfin ce qu'on peut trouver oublié dans le fond d'un coffre. Le soleil et la pluie, la meilleure lessiveuse écologique qui nettoie les crottes de chiens sur les trottoirs de Nice, finit pas blanchir les tissus qui servent à essuyer l'huile dans les moteurs. Le plastique, c'est pas top parce que par grand vent il s'effiloche. Mais ça tient.

Il faut dire qu'il est important d'accrocher les fils téléphoniques dans les arbres afin qu'ils puissent soutenir leurs poteaux cassés depuis longtemps à leur base pourrie. Mais ils finissent toujours par se distendre, ces fils téléphoniques et rejoindre le sol.

Un jour on a pu remarquer l'effort des télécom tout de même : ils ont remplacé au moins deux poteaux en bois par un équivalent en alu qu'ils ont appuyé contre le muret d'un petit pont et contre un arbre, afin que nous puissions les attacher, ou même éventuellement les sceller nous-mêmes. Ils sont, eux-aussi, depuis plusieurs années maintenus en l'air, fort penchés il est vrai, par le même principe d'une grande efficacité.

Ces deux messieurs donc, ne remplaçaient pas les poteaux comme un touriste de passage aurait pu le croire. Heureusement le confinement nous épargne les étrangers qui eux ne comprendraient pas la France Orange.

Pourquoi changer un système qui a montré son efficacité depuis plus de dix années ? Et puis ne met-il pas à contribution le consommateur bénévole qui s'ennuie dans les montagnes ?

Ces deux messieurs donc, coupaient les fils tombés à terre pour les remplacer sans doute par des plus courts, donc plus tendus. Il est probable qu'ils devront chercher des branches saines afin que les poteaux aériens continuent à se détacher du sol, au moins jusqu'aux prochaines chutes de neige. En attendant les tempêtes d'automne aussi imprévisibles que dévastatrices elles aussi.

Raccorder et tendre les fils pour qu'ils ne retombent pas trop vite sur la route où un automobiliste égaré et non avisé, pourrait provoquer une panne qui priverait de téléphone et de livebox tous les villages raccordés à ce réseau

Pour la presse et les télévisions locales, il est bien entendu évident que ces coupures "exceptionnelles" sont imprévisibles puisqu'elles sont dues au réchauffement climatique, Orange restant le meilleur prestataire au monde.

 

Ce sont les contes  modernes qu'on peut se raconter le soir à la veillée dans nos campagnes.